Vivre ses émotions dans son corps

Comment apprendre à vivre ses émotions dans son corps ? c’est une question qui revient fréquemment dans mes accompagnements individuels et en séance de groupe. Les émotions, elles sont là pour être vécues. Elles sont là pour nous donner des indications sur ce qui se passe dans notre corps et dans notre vie.

Notre cerveau lui, il en a peur. Il rejette bien souvent nos émotions. Pourquoi ? et bien tout simplement parce que nous n’avons pas forcément été autorisés à vivre en lien avec notre corps et nos émotions. L’enfant en grandissant se coupe de ses émotions pour faire plaisir à son environnement. Une fois arrivé à l’âge adulte, notre enfant intérieur en a marre de se cacher et de vivre des comportements de compensation du style (déviance toxique d’un point de vue de la nourriture, de l’alcool, de la drogue… )

Pour remédier à cela et trouver en soi un comportement de plus en plus sain, il est nécessaire de se libérer de ses émotions qui limitent nos avancées personnelles et fige notre élan de Vie.

Les émotions ce ne sont pas des monstres. Elle sont là pour nous guider dans notre Vie et je te garantie qu’elles sont précieuses.

Nos 4 émotions de base

Nos 4 émotions de bases : A notre naissance, nous disposons de quatre émotions de base innées et naturelles : La joie, la Colère, la Tristesse et la Peur

Comme je vous l’ai précisé au début de cet article, les émotions sont là pour nous guider. Elles sont précieuses et jouent un rôle important dans notre Vie.

La Colère

Commençons par la colère qui est là pour nous indiquer de poser nos limites et de chasser les intrus. Notre territoire physique ou psychologique se sent menacée. C’est une énergie de feu qui mal maitrisé ou passés sous couvercle engendre bien souvent de la mise à distance de soi et des comportements de compensation puisque notre territoire n’est pas respecté ni par Soi ni par notre environnement extérieur.

La Tristesse

La tristesse, c’est le savon de l’âme. Elle purifie, elle nettoie, elle est magnifique l’énergie de la tristesse. C’est elle qui permet une sorte de transition entre l’ancien et le nouveau. Si les larmes sont retenues, l’ancien ne peut tendre à disparaitre et occupe une place en soi qui n’est pas très rigolote à vivre. C’est un peu comme si nous voulions une nouvelle voiture et que nous voulons conserver une vielle voiture. Du coup chaque jour nous hésitons et là l’énergie du doute grandit en Soi. Il est souvent préférable de prendre le temps d’accueillir ses larmes pour transformer l’ancien et faire le deuil pour accueillir encore mieux la nouveauté. La tristesse, elle sert à être disponible pour le nouveau

La Peur

La peur amène un temps de recul, elle est en quelque sorte notre pédale de frein interne. Elle apporte une perception d’une situation à venir qui nécessite de la prudence. Bien souvent elle nous indique que l’objectif visé n’est pas forcément le bon objectif du moment. Soit elle indique qu’il y a un temps de recul et de prise de conscience nécessaire pour analyser la situation de plus près. La peur demande à être entendu pour éviter de foncer la tête la première dans une situation qui n’est pas bonne pour nous. Elle nous prépare intelligemment à vivre une situation avec prudence. SI le corps recul, il est nécessaire de l’écouter et d’entendre le message à conscientiser.

La Joie

La Joie nous sert de moteur pour avancer. C’est une fréquence, une énergie qui nous indique que nous sommes sur le bon chemin, la bonne route. Elle nous fait pousser des ailes et contribue à nous sentir léger. En fait, la joie est considérée comme l’état naturel de chaque être humain. Alors pourquoi s’en éloigner ?

Si vous observez les enfants, vous allez vous apercevoir qu’ils sont naturellement attirés, poussés à vivre leur émotion. Un enfant tombe de son vélo, il se blesse, il pleure, il est accueilli par un adulte bienveillant et il est ok avec cela. Il remonte vite en selle. Sauf que bien souvent… l’adulte bienveillant est absent. Du coup l’enfant apprend à gérer lui même ses émotions. Si l’adulte le gronde lorsqu’il pleure son cerveau lui indiquera que c’est mal de pleurer.

SI vous sentez que vous êtes cet enfant perdu, en doute, en inconfort à vivre ses émotions, j’ai envie de vous dire qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre.

Vivre ses émotions, libère le corps, l’âme et l’esprit. Cela amène du nouveau, de l’alignement avec soi avec ses valeurs. Cela nous permet de poser nos limites, de nous faire respecter, et d’ouvrir notre coeur à davantage de joie dans notre Vie.

Vivres ses émotions, redonne de l’élan, du souffle, de la vie à l’intérieur de Soi

Pour vivre un accompagnement dédié à la gestion des émotions et apprendre à les vivre grâce à l’outils créatif et la mise en mouvement de votre corps, prenons RDV ensemble.

Se lancer

Chaque séance est à votre image, unique et précieuce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × trois =